Alors que Newcastle et l’Olympique de Marseille sont susceptibles d’être rachetés par des fonds d’origine saoudienne, en coulisses, le Qatar tente de s’opposer au rachat du club anglais. Pourrait-il en être de même pour le club français ?

Interrogé sur le possible rachat de l’Olympique de Marseille par des fonds saoudiens, l’économiste, Pascal Boniface estime que le Qatar pourrait jouer un rôle négatif dans ce rachat comme il le fait actuellement pour Newcastle : « Il ne faut pas oublier que dans le cas du rachat de Newcastle, la veuve de Jamal Khashoggi (journaliste saoudien dissident assassiné et démembré en Turquie par un commando mandaté par le royaume en octobre 2018, ndlr) a pris position et a demandé à la Premier League de ne pas valider ce rachat. Cela a jeté un discrédit de plus sur l’image de MBS (Mohamed Ben Salmane). Mais il n’est pas sûr que la veuve de Khashoggi (Hatice Cengiz, ndlr) ait autant de contacts en France qu’au Royaume-Uni » explique-t-il sur France TV.

Le Qatar influent pour Newcastle et l’OM ?

Pour Pascal Boniface, contrairement à ce qui se passe pour Newcastle, le Qatar ne pourra s’opposer au rachat de l’OM : «  Pour ce qui est du Qatar, dans le cas du rachat de l’OM, l’émirat serait jugé pour prendre parti. Si le Qatar s’y oppose, tout le monde dirait que c’est pour ne pas avoir un rival, et donc il est plus délicat pour eux de s’opposer au rachat de l’OM » ajoute-t-il. Dans tous les cas, que ce soit en Premier League ou en Ligue 1, la rivalité Qatar-Arabie Saoudite pourrait se poursuivre sur les terrains : « Encore une fois, je préfère qu’ils s’affrontent dans le domaine du sport que dans le domaine militaire. Mais c’est sûr qu’il y en aura d’autres. Le monde arabe est divisé, les conflits opposent les protagonistes de ce monde arabe et on voit que ces rivalités sont encore plus fortes qu’auparavant. Le sport est vécu comme un moyen d’imposer sa marque, son prestige, et d’humilier sur le plan symbolique son adversaire. Cela permet également de fédérer une population derrière soi. Ces affrontements par procuration, c’est une façon pour les Qataris de se réunir autour de l’émir contre les puissances étrangères, et pour les Saoudiens de désigner un ennemi accusé de tous les maux. Donc ces rivalités vont de plus en plus se retrouver dans le domaine du sport » a-t-il conclu.