A l’été 2018, le transfert de Nabil Fékir de l’Olympique Lyonnais vers Liverpool semblait bouclé. Mais au tout dernier mot, les dirigeants des Reds ont fait annuler celui-ci. Officiellement pour un genou récalcitrant. La vérité est tout autre et l’ancien agent de l’international français livre ses vérités sur cette affaire.

Depuis ce transfert raté, Nabil Fékir et Jean-Pierre Bernès sont restés en froid jusqu’à une séparation. Désormais libéré de sa parole, l’agent de joueurs français répond aux critiques de son ancien client et livre ses vérités sur ce transfert raté : « « Nabil était la priorité de Liverpool, expose Bernès. J’ai travaillé pendant quatre mois avec les dirigeants de Liverpool, avec Jürgen Klopp, Jean-Michel Aulas, tout était calé. Nabil connaissait son futur contrat, où il prenait à peu près 45 millions d’euros sur cinq ans. Et le jour de la signature, à Rambouillet, on a vu arriver un avocat et le beau-frère de Nabil qui ont dit « arrêtez tout, les discussions doivent être reprises à zéro ». C’était surréaliste. On se serait cru dans un film de Walt Disney. » explique l’ancien bras droit de Bernard Tapie à l’OM.

Bernès accuse le beau-frère de Nabil

Il précise ensuite : «  Le beau-frère de Nabil Fekir est devenu d’un coup un agent de joueur, dénonce-t-il. Il voulait une commission, tout le monde le sait, c’est la nouvelle mode. [Fekir] était sur un nuage, je l’ai trouvé transformé, il n’a même pas salué les dirigeants de Liverpool. Il est arrivé après la visite médicale, tout le monde se regardait, les dirigeants de Liverpool se demandaient où ils étaient. J’avais honte. Il faut qu’il arrête son cinéma et de prendre les gens pour des imbéciles, martelait l’agent. Tout le monde sait ce qu’il s’est passé. Le transfert à Liverpool a capoté pour deux raisons. La première, c’est son genou même si les dirigeants anglais étaient prêts à faire un effort à ce sujet. La seconde, c’est l’irruption d’un pseudo-avocat étranger au dossier qui a demandé à ce qu’on recommence les négociations depuis le début au moment de la signature. Entre cet épisode et la visite médicale, les dirigeants de Liverpool ont décidé d’abandonner le dossier » conclut Jean-Pierre Bernès. Fin de l’histoire ?

Répondre

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.